Méthode pour l'élaboration d'une nouvelle formule

Exemple d'un chargement 38 Super Auto « léger » pour le Steel Challenge

Il arrive parfois que l'on veuille, ou que l'on doive, mettre au point une nouvelle formule pour une nouvelle discipline dans laquelle on souhaite concourir, ou pour une nouvelle arme que l'on vient d'acheter. J'aimerais décrire ici une manière de procéder, en prenant pour exemple ma recherche d'un chargement 38 Super Auto léger.

Depuis quelques années, je participe au Steel Challenge. Comme je souhaitais concourir avec mon Tanfoglio Gold Custom dans la Division Open, j'avais besoin d'un chargement approprié.

Les paramètres suivants étaient imposés :

  • Choix de la poudre – l'une des poudres de la gamme RS
  • Projectile – le plus léger possible dans la gamme 9 mm de Geco
  • Douille – Geco 38 Super Auto
  • Amorces Federal 100 (les amorces les plus fiables que je connaisse, mon choix de base pour le revolver)

La méthode habituelle consiste à rechercher d'abord des composants comparables dans les publications des fabricants de poudre, et à choisir un chargement adapté au domaine d'application concerné. Les données de pression de gaz et de vitesse publiées offrent un premier point de repère pour le résultat que l'on cherche à obtenir. Par exemple, lorsqu'on cherche à atteindre un facteur minimal défini, il est possible de calculer quel facteur serait envisageable d'après le poids du projectile et la vitesse obtenue avec le modèle de chargement. En l'occurrence, aucun facteur minimal n'étant imposé pour le Steel Challenge, je cherchais surtout à obtenir une vitesse moyenne, avec un projectile léger, afin de minimiser le recul tout en garantissant un fonctionnement parfait de l'arme.

Parmi les données de chargement publiées par RS, j'ai trouvé un chargement composé de poudre RS20 et d'un projectile de 115 grs, dont les données semblaient pouvoir convenir.

Comme chaque arme est différente, il faut bien sûr commencer par s'assurer que le chargement répondra également aux critères souhaités avec l'arme que l'on veut utiliser. Pour ce faire, on prépare habituellement un petit lot de chargement, que l'on teste en conditions réelles au pas de tir. Idéalement, on peut également utiliser un appareil de mesure de la vitesse, afin de comparer la vitesse publiée à celle réellement obtenue, et de pouvoir en tirer des conclusions sur son propre chargement.

J'ai donc d'abord préparé 30 cartouches avec 6,3 grs de RS20, un projectile FMJ Geco de 115 grs, pour une longueur de cartouche de 31,5 mm, et des amorces Federal 100, et je suis allé les essayer sur mon pas de tir habituel. Durant ces essais, mon attention se portait avant tout sur le fonctionnement de l'arme. Mais comme je n'obtenais qu'un taux de répétition d'env. 50 % avec ce chargement, j'ai fait un second essai avec le chargement maximal publié, de 6,8 grs de RS20. Or ce dernier offrait un taux de répétition d'env. 95 %. En parallèle, je me suis procuré des ressorts « custom » pour mon Tanfoglio, afin d'améliorer le fonctionnement de l'arme même avec un chargement réduit.

J'ai effectué l'essai suivant avec un ressort de marteau allégé « extreme parts », un ressort de percuteur allégé « extreme parts » et un percuteur « custom » légèrement allongé, également de marque « extreme parts » (source: www.ipscteam.ch/shop). Grâce au ressort de marteau réduit, la glissière n'est plus freinée aussi fortement durant sa course de retour, ce qui permet d'obtenir de meilleurs taux de répétition. Dans le même temps, le percuteur allongé et le ressort de percuteur allégé assurent une bonne mise à feu, même avec une énergie de percussion réduite.

Ces modifications m'ont permis d'obtenir un fonctionnement parfait avec le chargement de 6,8 grs de RS20. Le résultat de tir de ce chargement et le ressenti que j'avais du recul étaient également très bons. J'étais seulement un peu gêné par les éclairs qui se produisaient de temps en temps au niveau de la bouche ou du compensateur.

Comme j'avais été très satisfait des essais que j'avais faits avec mon revolver S&W 929 9 mm et la poudre RS12, j'étais évidemment curieux de voir quels résultats j'allais obtenir avec de la RS12 comme poudre propulsive. Malheureusement, il n'existait pas encore de données publiées pour le 38 Super. Je me suis donc adressé au service de recherche et développement de RS, dont le directeur m'a immédiatement transmis des recommandations détaillées (calcul Quickload, courbe de pression, etc.) pour un chargement RS12 en laissant les autres paramètres inchangés. Je suis donc retourné au pas de tir avec ce chargement RS12 et le chargement RS20 à 6,8 grs à titre de comparaison. En un mot comme en cent : le chargement RS12 a immédiatement obtenu les résultats les plus précis, et le recul ressenti était subjectivement bien meilleur – l'arme revient bien en main, sans relèvement excessif, ce qui est une condition indispensable pour pouvoir rapidement reprendre la visée, obtenir une bonne précision et des temps rapides ! Cependant, comme ce chargement donne une impression encore relativement « dure », il s'agit maintenant de le réduire graduellement tout en réalisant des essais, afin d'obtenir un fonctionnement parfait de l'arme avec la meilleure précision possible. J'ai donc réduit le chargement par passes de 0,2 grs, en le testant à chaque fois au pas de tir.

Ma méthode en quelques étapes-clés :

  • Définition de la composition du chargement (chacun a ses propres critères pour les projectiles et les amorces, comme la disponibilité, le prix, une marque de prédilection, etc.)
  • Analyse des chargements publiés en fonction du poids de projectile et du facteur / de l'impulsion (en l'absence de données pour le projectile souhaité, envoyez un courriel au fabricant !)
  • Préparation d'un petit lot de chargement de niveau moyen pour faire des essais (il est également possible de préparer directement plusieurs niveaux de chargement afin d'éviter de se rendre plusieurs fois au stand de tir, et gagner ainsi du temps)
  • Essai au pas de tir pour évaluer la vitesse, le recul, la précision et le fonctionnement de l'arme
  • Si nécessaire, adaptation de la charge et reprise des essais

Sascha Back